Préface d’Un lit d’oeufs sur du sable mouvant

par Jacques Dehaese

Une force ! Tranquille ?

Dans les Ardennes belges et la Famenne, le peuple connaît bien ces petits rus qui se rejoignent et se séparent, disparaissent, creusent des grottes dans le sous-sol, resurgissent et viennent pétiller, artistiquement, dans des chantoirs au milieu de leurs campagnes et de leurs luttes pour s’émanciper et couler, libres, sur un territoire à construire ensemble.

Le parcours du Théâtre des Travaux et des Jours est celui d’une troupe de théâtre action implantée dans le milieu rural du Nord de la province du Luxembourg.

Il contribue à un travail de changement social en animant des ateliers de théâtre avec des personnes culturellement et socialement tenues éloignées de leur expression vitale, individuelle et collective.

Grâce au jeu dramatique, cette expression peut déconstruire des modèles, dénoncer des privilèges, déranger des représentations d’équilibres sociétaux injustes; elle bute parfois sur des systèmes puissants, comme l’autocensure des participants qui peut constituer un frein à leur volonté d’expression et de changement.

Le Théâtre des Travaux et des Jours propose alors des créations autonomes qui, sans faux fuyants, font porter cette parole par des acteurs professionnels.

L’expression titre «Un lit d’œufs sur du sable mouvant» se réfère au contexte particulier de cette création collective du Théâtre des Travaux et des Jours. Deux comédiens du Théâtre ont comme particularité d’être diagnostiqués et traités comme porteurs d’une maladie mentale. Leur histoire personnelle laisse parfois des zones marécageuses en bordure des méandres creusés collectivement, au fil du temps par notre compagnie de théâtre action.

Jonathan Devillers a souhaité écrire un texte, poétique et théâtral, qui témoigne de son expérience passée de l’enfermement en institution psychiatrique. En écho, Anatole Kontsibovskiy a écrit des textes slammés. Gaëtan Bilocq a accompagné et coordonné leur travail d’écriture sur une durée de plus d’un an.

Vous lirez ici la force de leurs propositions. Tout qui chercherait à retrouver la trace directe des auteurs ou d’autres personnes réelles au travers de patient 1, de patient 2 et de Monsieur Dufourneau, perdra son temps. Comme nous le disait une infirmière psychiatrique après la première lecture publique du texte: «cette transposition artistique force à écouter dans la continuité d’une heure une parole de patients encore trop souvent découpée par les interférences du quotidien.»

Les premiers spectateurs, professionnels de la santé mentale, malades mentaux, proches et le public «généraliste» reçoivent les premières représentations de manière abrupte. Le Théâtre des Travaux et des Jours leur propose un lit d’œuf à aller dénicher au milieu de leurs propres sables mouvants.

Plusieurs personnes souhaitent pouvoir revenir ensuite au texte, d’où l’initiative de contacter les Editions du Cerisier qui en acceptent la publication dans leur ligne éditoriale.

L’équipe du Théâtre des Travaux et des Jours, elle-même, sort transformée, questionnée voire ébranlée de cette expérience de travail intégré qui a donné prioritairement la place à l’expression et aux représentations de personnes malades. Les accompagnements institutionnels qui peuvent s’avérer nécessaires sont (encore) rares et difficiles à trouver. Le questionnement porté par ce texte et sa mise en scène sont d’autant plus importants pour nous en vue de faire évoluer notre société.

Aujourd’hui plus encore qu’hier, à l’heure où le burnout et les conséquences de la situation économique, sociale, environnementale font de plus en plus ressentir leurs effets sur les individus, il devient nécessaire d’ouvrir notre vie sociale, commune et solidaire, à tous et donc aussi aux malades mentaux, diagnostiqués ou non.

Au moment où, dans les politiques de santé, un courant vise à nouveau à développer le soin psychiatrique ambulatoire et commence à s’implanter dans le Luxembourg, créant des possibilités de maintien à domicile, au milieu de la famille, des voisins, des collègues,…

Afin de rappeler les enjeux de l’enfermement, le Théâtre des Travaux et des Jours entend poursuivre la diffusion d’ «Un lit d’œufs sur du sable mouvant» avec l’objectif d’informer, de débattre et de participer au sein de nos villages, de nos cités, à ce changement social qui nous concerne tous.

retour

reconnue et subventionnée par la CFWB